Conseils : voyager en Équateur et (un peu) en train

Par Patrice
Cet article fait partie de la série L'Équateur

Voyager en train en Équateur est un “luxe”. Primo, parce qu’il n’existe que peu de lignes, pour la plupart très courtes. Deuxio, parce que ce sont des trains quasi-exclusivement utilisés par les touristes. On ne va pas en Équateur pour voyager en train… Mais voici tout de même quelques idées et conseils pour passer quelques heures sur les rails d’Amérique du Sud.

En Équateur, c’est le bus !

Pour se déplacer en Équateur, il n’y a pas beaucoup de solutions. La principale, la moins chère et la plus utilisée par les Équatoriens, c’est le bus. Il existe des centaines de compagnies, qui se partagent des dizaines et des dizaines de lignes. Pour circuler entre les villes et les villages, vous êtes quasiment certain de trouver un car dans les prochaines heures. De jour comme de nuit, vous vous déplacerez facilement dans des bus “confortables”.

Des petits prix (3 à 5 $ pour faire Quito, la capitale, jusqu’à la côte Pacifique, par exemple), une bonne occasion de rencontrer les locaux et une ambiance garantie (tous les chauffeurs, ou presque, diffusent quantité de musique). Beaucoup de forums et autres sites internets vous diront que le bus est risqué en Équateur. Je l’ai utilisé des dizaines de fois, je n’ai jamais eu peur ni pour moi, ni pour mes affaires (P.S : étant un homme, cela me parait peut-être plus sécuritaire et je n’ai pris le bus qu’en journée)

Évidemment, comme partout ailleurs, faites attentions, soyez discrets (notamment avec les appareils photos et les signes extérieurs de richesse – l’Équateur reste un pays majoritairement pauvre), évitez de laisser vos affaires sous votre siège ou dans les compartiments au-dessus. Gardez-les toujours sur vous ou, mieux encore, confiez les au co-pilote qui les mettra en soute et vous les rendra à votre sortie. Il y a toujours une personne qui accompagne le conducteur pour s’occuper de faire monter les passagers et d’encaisser la monnaie. C’est un spectacle à lui tout seul : profitez de ces instants ou il crie les noms des prochaines destinations pour tenter d’alpaguer le client.

Des trains (trop) touristiques

L’histoire du train en Équateur est passionnante ! C’est un pays petit par la taille mais haut par l’altitude. L’avenue des Volcans, cette bande de terre fertile située entre 2 chaînes volcaniques, est difficile d’accès et limite donc les possibilités de lignes de chemin de fer. Pourtant, aux siècles passés, ingénieurs et ouvriers ont réussi quelques exploits incroyables (dont l’incroyable rampe de la Nariz del Diablo) pour permettre au train de circuler dans les Andes, du nord au sud du Pays. Le train fut longtemps un moyen de transport unique pour désenclaver le territoire, atteindre des régions isolées et permettre des échanges entre la montagne et la côte Pacifique.

Au fil des décennies, le réseau ferroviaire Equatorien va peu à peu tomber dans l’oubli. Il se meurt à petit feu, de 1970 jusqu’à 2008 ou seulement 10% du réseau est encore en état de fonctionner. Dès lors, le président Rafael Correa inscrit le chemin de fer sur la liste du patrimoine national Equatorien et entreprend d’importants travaux (et dépenses) en faisait du rail un nouvel enjeux touristique. La ligne entre Quito et Guayaquil est rouverte dans son intégralité en juin 2013.

Mais les lourds investissements ont obligé le gouvernement Équatorien à faire un choix, que je regrette : celui de privilégier les touristes et de laisser aux habitants et aux locaux la route et le bus. Vous ne verrez (presque) jamais d’Équatorien dans les trains, mis à part le personnel de la compagnie Tren Ecuador. Il existe désormais plusieurs lignes touristiques en Équateur. La plus longue (et la plus chère, comptez entre 1500 et 3000 $) est celle qui réalise en 4 jours la traversée intégrale depuis Quito jusqu’à Guayaquil. Plusieurs excursions à la journée sont aussi proposées, avec retour au point de départ, depuis Quito, Riobamba, Alausi, Ambato, Ibarra, Duran. Souvent, une pause “culturelle” vous sera imposée avec des danses folkloriques et autres spectacles, qui donneront à ces trains et à ces lignes une dimension touristique et hors contexte supplémentaire…

Inutile, donc, de chercher à vous déplacer en train en Équateur. Profitez, tout de même, de la beauté de ces lignes et des paysages aux travers des vitres d’une vieille voiture en bois et octroyez-vous 1 ou 2 de ces excursions touristiques…

Et la voiture ?

Expérience concluante ! J’ai loué un véhicule pendant 8 jours en Équateur, pour traverser les Andes et être plus libre de randonner sur les volcans. J’ai fais confiance au site Tout Equateur, qui s’est chargé de me trouver un loueur local. Une voiture ancienne, un 4×2, qui roulait très bien et que je n’avais pas peur d’abimer vu l’âge ! L’état des lieux de sortie a été un peu compliqué avec le loueur, qui voulait garder la caution… Mais tout s’est finalement arrangé. Attention tout de même à bien vérifier l’état de la voiture. Je me suis retrouvé pris dans une petite embrouille avec la police locale, qui voulait confisquer le véhicule car l’une des roues était quasiment lisse, jusqu’à me menacer de prison… Là-aussi, tout est finalement rentré dans l’ordre !

Sinon, conduire en Équateur n’a rien de compliqué. C’est parfois un peu sportif, notamment dans les viles et agglomérations. Soyez prudents. Les Équatoriens ne regardent pas trop les limitations ni le code de la route. Mais, finalement, je ne me suis pas senti plus en danger qu’ailleurs. Les routes sont de plus en plus goudronnées et en bon état. Vous n’échapperez pas à une ou deux pistes, parfois abimées par des coulées… vous remercierez alors vos roues motrices et votre voiture surélevée !

Attention, la location d’une voiture est souvent chère en Équateur. Ce sont très généralement des modèles américains importés, qui ont un prix élevé à l’achat (merci les taxes) et qu’il faut rentabiliser. Le budget voiture sera tout de même amorti par le prix de l’essence… et par le sentiment extrême de liberté lorsque vous roulerez sur les petites routes des Andes. Vous trouverez sur place, mis à part quelque bons loueurs locaux, les grandes entreprises telles que Hertz, Avis, Europcar…

Comment se rendre en Équateur ?

Depuis la France, l’avion est bien entendu le moyen le plus efficace de vous rendre en Équateur (et le seul, avec d’éventuelles traversées Trans-Atlantiques en navire…). Air France propose des vols depuis Paris (direct). Sinon, il existe plusieurs possibilités avec escales depuis les grandes villes de France. Les escales sont souvent réalisées en Espagne ou en Amérique du Nord. La compagnie Iberia est bien présente en Équateur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *