Schaerbeek, une gare et un musée

By Patrice
Cet article fait partie de la série 4 jours à Bruxelles - Belgique
Show More Posts
Découvrir le musée Train-World m’aura permis de visiter la splendide gare de Schaerbeek… et d’y prendre le train pour Bruxelles-Nord ET Bruges. Un monument qui invite à l’admiration et au souvenir.

À l’origine, une magnifique gare

C’est Bruxelles ! Sans l’être vraiment… En tout cas, c’est bien la grande Histoire ferroviaire de la capitale belge qui s’est jouée (et se joue encore) ici. Nous voici à Schaerbeek. Prononcé à la française, le nom de la ville peut faire grincer les oreilles. Ne vous arrêtez surtout pas à l’appellation. Vous entrez dans un incontournable du patrimoine ferroviaire. Il n’y a qu’à regarder une carte pour s’apercevoir qu’au nord de Bruxelles, les voies sont nombreuses et forment l’un des principaux “nœuds”. Choisie à partir de 1871 comme gare de “formation”, l’ancienne halte en bois va faire place rapidement à un superbe bâtiment voyageur de style flamand. Pour désengorger la capitale et son accès par le Nord, Schaerbeek va voir le nombre de ses voix et de ses installations se multiplier rapidement. Jusqu’à 16 voies seront réservées au transport de passager (les marchandises n’étant pas en reste) !

Jusque dans les années 2000, Schaerbeek restera également la gare de départ pour les trains-couchettes internationaux Bruxelles-France-Italie

Elle deviendra rapidement un arrêt incontournable pour une majorité des trains belges. Jusque dans les années 2000, Schaerbeek restera également la gare de départ pour les trains-couchettes internationaux Bruxelles-France-Italie, avant que la grande “faucheuse” ne mette petit à petit un terme aux trains de nuit. Schaerbeek reste ainsi une première étape pour de nombreux trains assemblés ici dans les bâtiments de la SNCB. Au croisement des lignes d’Anvers et de Louvain, la gare de Schaerbeek fut encore agrandie dans les années 30. C’est notamment le splendide bâtiment voyageurs et la grande salle des guichets qui furent édifiés. Il faudra attendre 1994 pour que la Belgique classe la gare aux titres des Monuments Historiques. Une récompense amplement méritée.

La Salle des pas perdus et des guichets – Gare de Schaerbeek
La gare de Schaerbeek, qui accueille désormais Train-World n’en demeure pas moins… une gare toujours en fonctionnement !
La superbe façace style flamand de la gare de Schaerbeek, désormais entrée du musée Train-World

La seconde guerre mondiale, une période difficile

Comme partout en Europe, la seconde guerre mondiale sera une période majeure pour le train. Schaerbeek n’en fera pas exception. D’abord, malheureusement, pour le rôle qu’aura joué la gare dans le déportement vers l’Allemagne Nazie de populations juives, tziganes, de partisans politiques ou de jeunes travailleurs belges enrôlés de force. Nombreux furent les “réfractaires” à tenter d’échapper au travail forcé. Une plaque commémore leur souvenir sur la façade de la gare.

Il y eut aussi à Scharbeek, comme dans de nombreuses installations ferroviaires en Europe, d’importants gestes de résistance. Emblématique, celui des “vols de rideaux” dans les voitures qui empêchaient les trains de travailleurs déportés de partir. Impossible pour les nazis de faire rouler des trains de ce type en apercevant les personnes à l’intérieur. Plus tard, la gare fut bombardée mais tint le choc jusqu’à la libération.

L’ancien tableau des arrivées/départs en gare de Schaerbeek
À l’extérieur de la gare, certains tramways nous replongent aux grandes heures de la gare de Schaerbeek

Des années 80 fatales pour les marchandises, et maintenant ?

Bruxelles et la Belgique restant profondément européens, le années 80 marquèrent un coup d’arrêt au transport ferroviaire comme dans de nombreux pays du Vieux Continent. Comme en France, c’est d’abord le trafic marchandise qui prit une sacrée claque. L’avènement du tout poids-lourds eut rapidement raison du Fret à Schaerbeek. La SNCB tenta de maintenir ses auto-trains et trains-couchettes, en direction notamment de la France. Mais là aussi, l’automobile et le bus prirent rapidement le relais.

Aujourd’hui, Schaerbeek est devenue une gare de banlieue d’un Bruxelles en extension et en saturation. Les trains régionaux et nationaux passent encore et s’arrêtent régulièrement. L’espoir est donc amplement permis ! Et ce n’est pas le superbe musée Train-World, installé dans la gare historique, qui nous feront penser le contraire. Rien de plus simple, pour visiter cet incroyable “parc à train” que de prendre une rame depuis de nombreuses villes belges.

 

 

2 thoughts on “Schaerbeek, une gare et un musée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *